Lyon, le rêve d'une ville mondiale

Actualités et conseils pour votre carrière en Auvergne | Rhône-Alpes
Territoires
Publié le lundi 08 août 2016
Lyon-places-des-terreaux-_tristan-deschamps_v_m

Troisième ville de France, Lyon est une cité à taille humaine qui conjugue dynamisme économique et qualité de vie. Elle offre de nombreuses opportunités pour les cadres, qui la plébiscitent pour ses nombreux atouts. Par Rozenn Gourvennec

Photo © Amadeus

 

Située au coeur de l’Europe, l’ancienne Capitale des Gaules veut désormais conquérir le monde. C’est pourquoi, depuis 2007, le programme collectif Only Lyon s’attache à faire rayonner la ville à l’international. Treize partenaires fondateurs (parmi lesquels la CCI, la Chambre des métiers et de l’artisanat, la Ville de Lyon et l’Office du tourisme) sont mobilisés pour renforcer la notoriété et faire connaître les atouts de Lyon au monde entier. Et ils sont nombreux… Lyon, c’est d’abord une ville riche de plus de 2000 ans d’histoire. Un patrimoine architectural remarquable et pluriel, de l’antique Fourvière aux « traboules » du Vieux-Lyon Renaissance, en passant par les réalisations contemporaines et originales signées par de grands architectes comme Le Corbusier (couvent de La Tourette), Tony Garnier (Halle Tony Garnier, hôpital Edouard Herriot, stade de Gerland), ou encore Santiago Calatrava (gare de Lyon Saint-Exupéry). Quatre lieux sont d’ailleurs inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO : les quartiers du Vieux-Lyon, la colline de Fourvière, les pentes de la Croix Rousse et la Presqu’île.

Avec 12 000 hectares d’espaces naturels, la métropole s’affirme comme une ville verte où il fait bon vivre. Les berges du Rhône, revisitées, invitent à la flânerie sur cinq kilomètres, tandis que les 117 hectares du parc de la Tête d’Or, le plus grand parc urbain d’Europe, sont entièrement dédiés aux loisirs et à la détente en plein centre-ville. Les adeptes de randonnées disposent de 28 sentiers nature et les skieurs peuvent atteindre les premières stations en moins de deux heures de route.

Ville de l’art de vivre

Lyon, c’est aussi la ville de l’art de vivre avec un choix de spectacles variés, la Biennale de la danse et d’art contemporain, la Fête des lumières, les Nuits Sonores, les Nuits de Fourvière… Bénéficiant de la richesse de son patrimoine, Lyon propose à ses habitants une multitude de lieux où la culture est à l’honneur : l’Opéra, le Musée d’Art Contemporain, les musées Gadagne, Gallo-Romain, des Beaux-arts et de la Résistance, l’Auditorium, la Maison de la Danse… ainsi qu’une vingtaine de théâtres. L’art de vivre passe par la gastronomie, dont Lyon est la capitale, avec pas moins 4000 restaurants, dont quinze établissements étoilés et ses fameux « bouchons ». «Tous ces éléments combinés font de Lyon une ville extrêmement attractive, souligne Lionel Flasseur, directeur du programme Only Lyon. Pour faire connaître ces atouts à l’international, nous avons choisi de positionner Lyon comme une ville globale, et non une ville “de la gastronomie” ou “de la culture”. Notre ambition en 2007 était de rentrer dans le top 15 des métropoles les plus attractives et influentes d’Europe, et de faire venir les talents, étudiants, chercheurs, artistes, etc. Une partie de ce challenge a depuis été remporté puisque la ville collectionne les récompenses : elle fait partie des cinq premières villes de city break en Europe, c’est la troisième destination touristique en France pour Tripadvisor, la deuxième ville culturelle de France, la troisième pour le tourisme d’affaires, etc. ». Les cadres non plus ne s’y trompent pas : ils l’ont placée dans le trio de tête des villes préférées des cadres parisiens, selon une étude Cadremploi datant de 2015. Il faut dire que le niveau des salaires, dans le secteur privé est plus élevé en Rhône-Alpes que dans les autres régions de province. Le salaire moyen mensuel net d’un cadre s’élève à 2 120 euros, contre 2 050 euros en Alsace ou 1 820 euros en Corse. Le taux de chômage à Lyon (9,5 %) demeure quant à lui plus faible que la moyenne française (10,3 %).

Lyon Confluence, plus grand projet d’hypercentre urbain en Europe

Étendu sur 150 hectares, au confluent du Rhône et de la Saône, Lyon Confluence est un vaste projet qui ambitionne de doubler la superficie de l’hypercentre lyonnais. Réalisé en deux phases (2003/2018 et 2010/2025), le projet prévoit, à terme, la création de 25 000 emplois et l’installation de 16 000 habitants. Sur quelque 40 hectares, les concepteurs ont prévu des espaces publics généreux (parc de Saône, place nautique, espaces publics du port Rambaud...), de grands équipements (pôle de loisirs et de commerces, Hôtel de Région...), 145 000 m² shon de logements et 130 000 m² shon de bureaux. Le nouveau quartier se veut le reflet de la ville de demain : une ville intelligente et durable, lieu de nouvelles mobilités et favorisant la mixité sociale.

Un pôle économique majeur

Rien d’étonnant donc à ce que la capitale de la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes attire toujours plus de talents et d’entreprises. Lyon est la première ville en France pour la création d’entreprises et l’accueil d’entrepreneurs, avec 12 500 nouvelles sociétés chaque année. Des leaders internationaux ont choisi de s’y implanter : Sanofi Pasteur (vaccins), Biomérieux (diagnostic), GL Events (événementiel), Renault Trucks (industrie automobile), Arkema (chimie), Rhodia (chimie), Euronews (médias), Interpol (institution internationale)… La dernière édition du guide du marché immobilier de la région lyonnaise «Why Invest in Lyon?», publié par EY et JLL début mars 2016, révèle que Lyon et la région Auvergne Rhône-Alpes se classent à la sixième position dans le top 10 des régions européennes en matière d’investissements étrangers sur la période 2010-2014, après Francfort, et devant Madrid, Stuttgart et Dublin.

Des filières d’excellence diversifiées

Avec ses 1 500 centres de décision basés dans l’agglomération, Lyon est devenue le deuxième bassin d’emploi en France. Plusieurs secteurs d’activités sont particulièrement spécifiques au territoire, comme les sciences de la vie (pharmaceutique et biotechnologies), les cleantechnologies, l’industrie et le tertiaire. Avec près de 100 000 emplois dans le secteur de la santé, Lyon fait partie des dix plus grands marchés des biotechnologies et de la santé en Europe. C’est une ville reconnue à l’international dans les domaines du vaccin, du traitement, de certains cancers et des médicaments.Elle abrite 600 entreprises dans les biotech et les medtech, un pôle reconnu de formation universitaire avec la première université française pour les sciences de la vie et le pôle mondial de compétitivité Lyonbiopôle. Le numérique pèse également lourd dans l’économie locale qui compte 7000 entreprises et 50700 emplois dans le secteur, faisant du bassin lyonnais une « SiliSaône Valley ». Au cours des six dernières années, 300 nouvelles sociétés et 3 200 emplois y ont été créés. La filière est structurée autour du label Lyon French Tech, qui dispose de cinq domaines numériques d’excellence : le big data, la robotique, le logiciel et la programmation, les contenus créatifs et les plateformes web.

Des projets d’envergure redessinent la ville

De grands projets de développement territorial susceptibles de générer de l’emploi local sont actuellement en cours dans le Grand Lyon, parmi lesquels l’aménagement du quartier de Confluence, la transformation de l’ancienne friche industrielle de La Duchère en parc d’activité mixte Greenopolis et la création du pôle économique tertiaire de la Part-Dieu. Construit autour de la gare TGV, point névralgique de la ville, ce quartier s’est imposé comme le deuxième pôle tertiaire et de décision français. La Métropole Grand Lyon veut désormais en faire une référence internationale en matière d’innovation urbaine et de performance économique. Les travaux, qui s’étaleront de 2017 à 2020, prévoient notamment 17 000 m2 de vente supplémentaire (soit 80 commerces), un multiplexe de cinéma, des restaurants, des jardins et une offre immobilière tertiaire portée à 1 650 000 m2. Pour les entreprises, c’est la promesse d’une adresse prestigieuse, des bureaux faciles d’accès et une offre logistique large. Ce nouveau quartier pourrait permettre la création de 40 000 emplois supplémentaires d’ici 2030.

Lyon Smart City, la métropole intelligente de demain

Imaginer de nouvelles façons de vivre, d’habiter, de travailler en ville en utilisant les TIC, tel est le concept des « Smart cities » ou villes intelligentes qui se développent partout dans le monde. La métropole lyonnaise mène des dizaines de projets dans ce sens, grâce à des partenariats publics et privés. Le centre de supervision globale de l’exploitation d’eau potable Hublo, inauguré début 2015, permet, par exemple, d’optimiser les interventions et de réduire les fuites d’eau et la consommation énergétique. Dans le domaine des transports, Optimod’Lyon est une plateforme intégrée d’innovation sur la mobilité urbaine pour connaître les temps de parcours, en temps réel, et prévoir le trafic. Autant de solutions qui seront, à terme, créatrice d’emplois et de nouveaux métiers.

Interview

Benjamin Dargaud
Directeur associé du cabinet de recrutement Co-Efficience Conseil à Lyon, spécialisé dans la finance, le commerce et l'ingénierie.

L'année 2016 est pleine d'espoir pour l'emploi en Rhône-Alpes

Pourquoi Lyon est-elle particulièrement attractive pour les cadres ?

Benjamin Dargaud Comme le bassin rhônalpin, Lyon est un pôle industriel prisé par les leaders internationaux en raison de son positionnement géographique très favorable pour les échanges. La renommée des entreprises implantées dans ce secteur, le cadre de vie et le dynamisme économique attirent de plus en plus de cadres. À elle seule, la ville regroupe six cadres rhonalpins sur dix. L'écart que l'on pouvait constater avec Paris est en train de se réduire : la guerre des talents dans l'industrie ou les services est aujourd'hui identique à celle de la capitale.

Quels sont les secteurs particulièrement en tension actuellement ?

B.D. Trois secteurs recrutent : les services, l'informatique et le commercial. L'industrie reste minoritaire, même si on observe une accélération dans ce secteur qui résiste bien à la crise. Dans ce domaine, les profils de techniciens de maintenance et d'ingénieurs ont le vent en poupe.

2016 promet-elle d'être porteuse pour l'emploi en Rhône-Alpes ?

B.D. L'année 2016 est de façon générale pleine d'espoir. Le rebond observé fin 2015 s'est confirmé au premier trimestre, avec une progression de l'activité et des effectifs salariés. On constate également sur le bassin rhônalpin une augmentation du chômage moins importante qu'au niveau national. Chez 90% de nos clients, les effectifs seront stables, voire en augmentation cette année.

Retour aux autres articles

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi