Clermont-Ferrand est aussi devenue une ville de cadres

Actualités et conseils pour votre carrière en Auvergne | Rhône-Alpes
Territoires
Publié le mercredi 24 mai 2017
Clermont-ferrand-list_m

La capitale de l’ex-région Auvergne n’a pas que Michelin à faire valoir sur le plan économique : son industrie est diversifiée et son activité s’ouvre désormais aux innovations technologiques. Lentement, mais sûrement, la cité ouvrière d’hier se diversifie et se dévoile aux populations cadres. Par Régis Delanoe

Le marché de l’emploi bénéficie de la bonne attractivité de la région, observe Nicolas Striffling, gérant du cabinet de conseil NS Management. Il y a peu de turnover car les talents qui viennent s’installer se sentent bien dans cette ville et savent apprécier son cadre. » Un constat partagé par Élodie Toussaint, chargée de développement chez Lip Solutions RH : « Clermont-Ferrand jouit d’une bonne image auprès des cadres. Si les salaires proposés sont plus bas que dans certaines métropoles, la qualité de vie est un argument convaincant. » Reste à améliorer les moyens de transport – il n’existe par exemple pas de ligne TGV reliant Paris – et ClermontFerrand, vingt-troisième commune de France en population (141 000 habitants, 461 000 en comptant l’aire urbaine) n’aura plus aucun complexe à avoir.

Industrie : caoutchouc et métallurgie

Dans le détail, c’est le secteur de l’industrie qui reste dominant. « Surtout l’industrie du caoutchouc et du plastique », détaille Nicolas Striffling. Un secteur vampirisé par le géant en la matière, Michelin (lire encadré). Néanmoins, ce n’est pas la seule entreprise à signaler. « De nombreux soustraitants sont présents, ainsi que des concurrents comme Trelleborg, qui emploie 650 personnes sur son site local », explique Patrick Blazy, gérant de l’agence Temporis. Dans les postes cadres, ces entreprises emploient des ingénieurs qualité, méthodes et de conception, des managers de production ou des responsables maintenance. Des métiers qui se retrouvent également à l’organigramme des entreprises locales de métallurgie comme Aubert & Duval.

L’aéronautique a le vent en poupe

Dans l’industrie locale, l’aéronautique occupe une place importante. « C’est un pôle d’activité qui recrute régulièrement des techniciens supérieurs et des cadres : dans les bureaux d’études comme à la production, dans les métiers de l’automatisme, de l’ingénierie mécanique et de l’électricité où les bons profils sont pénuriques », fait savoir Élodie Toussaint. Exemple récemment avec le spécialiste de la maintenance aéronautique AIA qui annonçait sa volonté de recruter 99 personnes, dont 8 ingénieurs. D’autres entreprises du secteur sont bien implantées à Clermont-Ferrand et ses alentours : Enhance Aero, NSE, Techno Logistique, SECCMAS…

Agroalimentaire : Limagrain domine le marché

Clermont-Ferrand possède aussi une industrie agroalimentaire dynamique, avec Volvic et surtout Limagrain qui, indique Élodie Toussaint, « jouit d’une bonne réputation auprès de la population cadre du secteur ». Patrick Blazy assure que « l’activité y est soutenue et les recrutements réguliers ». En postes qualifiés, les opportunités sont surtout présentes dans les fonctions support du groupe : finance, communication ou encore contrôle de gestion.

Élodie Toussaint
chargée de développement chez Lip Solutions RH

Si les salaires proposés sont plus bas que dans certaines métropoles, la qualité de vie est un argument convaincant.

Digital et numérique : des start-ups ouvertes sur le monde

« Clermont-Ferrand s’est développée ces dernières années en matière d’innovation, de digital, de numérique et de service informatique aux entreprises, se réjouit Nicolas Stiffling. Les start-ups locales bénéficient d’un cadre propice, avec un pôle universitaire développé et tourné vers l’international, Amérique Latine et Chine. » Parmi les belles réussites en la matière, on peut citer les projets soutenus par l’accélérateur de start-ups local Le Bivouac, notamment le spécialiste des objets connectés Yes It Is, distingué au dernier salon CES de Las Vegas. De belles opportunités futures pour les développeurs, architectes informatiques et autres administrateurs de base de données.

Michelin, toujours aussi incontournable ?

Il existe peu de villes en France si intimement liées à une entreprise que Clermont-Ferrand avec Michelin. Le fabricant de pneumatiques, fondé sur place en 1889, est un leader mondial qui a employé jusqu’à 30000 personnes rien que dans la capitale auvergnate. Et aujourd’hui ? «Le groupe reste incontournable, assure Patrick Blazy. C’est encore un gros faiseur d’emplois intérimaires mais plus seulement.» Clermont-Ferrand accueille ainsi, en plus d’un site de production, le siège social monde de Michelin et son centre de recherche, avec 3500 chercheurs et industriels pour 70 nationalités représentées. Au total, les effectifs clermontois de Michelin sont estimés à 13000 personnes, ce qui en fait encore aujourd’hui, précise Élodie Toussaint, «de loin le premier employeur de la ville ».

Retour aux autres articles

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi