Annecy, la perle des Alpes ne connaît pas la crise

Actualités et conseils pour votre carrière en Auvergne | Rhône-Alpes
Territoires
Publié le mercredi 24 mai 2017
Annecy-list_m

Si elles ont connu quelques difficultés à partir de 2008 et de la crise qui a suivi, les entreprises d ’Annecy ont moins souffert que la moyenne nationale et donnent depuis de longs mois des signes nets de reprise. C’est le constat fait par les spécialistes locaux de l’emploi, qui dressent le portrait d’un tissu économique diversifié autour de l’industrie, du digital, de l’agroalimentaire et bien sûr du tourisme. Par Régis Delanoë

Annecy a deux surnoms : la perle des Alpes ou la Venise des Alpes. Les deux sont flatteurs et reflètent les atouts indéniables de cette ville liés au cadre majestueux des montagnes environnantes et du fameux lac. « Ces atouts sont aussi économiques, assure Nathalie Willemot, dirigeante de l’agence locale de travail temporaire Kiwi Search. Annecy est une ville très dynamique, à l’activité diversifiée et qui affiche un taux de chômage largement inférieur à la moyenne nationale. » Il était de 7,2 % au dernier décompte, contre 10,5 % sur l’ensemble de la France. La préfecture de Haute-Savoie possède une population de 124 000 habitants, élargie à 225 000 habitants en prenant en compte l’ensemble de son aire urbaine et des communes alen - tours telles que Poisy, Epagny-Metz-Tessy et Saint-Jorioz.

La tradition de l’agroalimentaire

Sur plus de 7 000 entreprises répertoriées en ville, il faut signaler l’implantation historique de l’industrie agroalimentaire, avec l’entreprise Fruité et un autre poids lourds dans ce domaine, signalé par Jean-Marc Reydet, président de l’association Alpege Zénith (spécialisée dans la gestion RH des entreprises industrielles de Haute-Savoie) : « Le géant de la transformation du lait Entremont Alliance, dont le siège social et un de ses principaux sites de production sont basés à Annecy. Cela offre des opportunités aussi bien dans les fonctions support (expertise-comptable, audit, RH…) qu’en production (chef de produit, ingénieur qualité…). »

L’industrie très présente dans la vallée de l’Arve

Jean-Marc Reydet note également une activité importante dans la métallurgie. « Annecy et la vallée de l’Arve, toute proche, sont réputées pour accueillir des entreprises fleurons en la matière : Stäubli, NTN-SNR Roulements, l’entreprise Adixen du groupe Pfeiffer Vacuum… À la clé, ce sont beaucoup de postes d’ingénieurs, de techniciens supérieurs et de chefs d’équipe à pourvoir dans les métiers de la production : usinage, assemblage, conducteur de ligne, etc. » Dans l’industrie toujours, aéronautique cette fois, à noter la présence sur place d’un site de Dassault Aviation. Enfin en chimie, le spécialiste de l’emballage PSB Industries y possède aussi son siège social.

Un cadre propice à l’activité touristique et de BTP

La grande diversité du tissu économique local se confirme en y ajoutant les sites de production d’articles de loisirs et de ski, proximité avec les stations alpines oblige, des groupes Salomon, Millet et Fusalp. Ce cadre géographique montagneux est un atout indéniable pour la ville. « Son attractivité permet au BTP de moins souffrir qu’ailleurs, dans la construction individuelle comme de bureaux, notamment au Parc Altaïs et au Parc des Glaisins, remarque Christine Hanké-Ginestet, directrice du GES74, un groupement local d’employeurs. Pour les cadres, ce sont autant d’opportunités dans les domaines de la promotion immobilière, en bureau d’études pour des dessinateurs et ingénieurs, ainsi que sur les chantiers pour les conducteurs de travaux et les chargés d’affaires », poursuit-elle.

Les start-ups locales pointent le bout de leur nez

Annecy est aussi de plus en plus réputée pour son dynamisme en matière d’informatique et de digital. C’est ce qu’affirme PaulPierre Gautier de l’agence locale Talentissim, qui met en avant « la présence historique sur place de Sopra Steria (fondée en 1968 à Annecy-le-Vieux et qui emploie actuellement 500 salariés sur place) et de nombreuses start-ups du digital, de la communication numérique et du e-commerce ». De quoi apporter un coup de jeune à la ville.

La proximité avec la Suisse, atout ou handicap ?

Géographiquement, Annecy a la particularité d’être située proche de la Suisse, à 40 minutes à peine de voiture. Un atout ? Pas exactement, constate Nathalie Willemot, en tout cas pas pour les entreprises locales, à la peine face à cette concurrence : «Un cadre médian qui peut prétendre à gagner 50000 euros par an à Annecy peut espérer toucher pour le même poste jusqu’à 90000 euros, ce qui rend difficile la tâche des entreprises comme des cabinets de recrutement. » Autre conséquence observée par Paul-Pierre Gautier : le coût de la vie. « Les Français qui travaillent en Suisse font flamber les cours de l’immobilier notamment, proches des standards parisiens. C’est vite un problème pour attirer les talents de l’extérieur. »

Retour aux autres articles

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi