Bourg-En-Bresse, la préfecture de l'Ain cache bien son jeu

Actualités et conseils pour votre carrière en Auvergne | Rhône-Alpes
Territoires
Publié le mercredi 24 mai 2017
Bourg-en-bresse-list_m

Bourg-en-Bresse cultive sa discrétion à l’ombre de Lyon, située à une heure en voiture au Sud. La préfecture de l’Ain ne manque pourtant pas d’arguments sur le plan économique pour attirer une population cadre présente majoritairement dans l’industrie, l’agroalimentaire, la logistique et les transports. Par Régis Delanoë

La ville offre une bonne qualité de vie, à prix plus accessibles que Lyon.

 

 

La commune compte 41 000 habitants, 113 000 pour l’ensemble de l’agglomération, 4 000 entreprises sur le territoire et un taux de chômage légèrement supérieur à 7 % : tels sont les chiffres que présente actuellement Bourgen-Bresse. Pierre Hyvernat, de l’agence de recrutement IHL, plante le décor : « C’est une ville dont on parle peu, elle peut souffrir de cet anonymat au moment d’attirer les candidats pour des postes de cadre. La qualité de vie y est pourtant excellente, pour des prix autrement plus intéressants qu’à Lyon », la capitale de région avec laquelle les échanges économiques sont les plus nombreux.

 

 

Industrie du poids lourd et de la métallurgie

Dans le détail, l’activité économique est dominée par l’industrie. « L’Ain est réputé pour être l’un des départements les plus industriels de France, éclaire Patrick Carlet, dirigeant du cabinet local de Proman. Historiquement, l’industrie des poids lourds est la plus présente, avec Renault Trucks, Lamberet et le carrossier Vehixel notamment. » Renault Trucks emploie à lui seul plus de 1 500 personnes dans son usine locale, dont de nombreux cadres, développe Pierre Hyvernat : « Surtout des ingénieurs de production ». Dans l’industrie toujours, l’activité métallurgique est importante, au travers de grands groupes (ArcelorMittal Bourg-en-Bresse, Nexans) et d’un fort réseau de PME présent également dans « la plasturgie, la chaudronnerie, la serrurerie et la climatisation, comme l’observe Pierre Hyvernat. Avec à la clé des postes en ingénierie et en bureau d’études ».

La présence historique de l’agroalimentaire perdure

Quid de l’agroalimentaire ? Il reste une valeur sûre de l’économie de Bourg-en-Bresse, au travers de sociétés historiques telles que Giraudet pour les quenelles et le groupe LDC pour la volaille. « Si ces entreprises emploient majoritairement du personnel peu qualifié, des opportunités d’emploi existent néanmoins pour les cadres (chargé de marketing, chef de projet industriel, directeur des achats, ingénieur R&D et qualité…) », indique Patrick Carlet.

Des emplois dans le BTP et le transport-logistique

Dans le BTP, une entreprise domine le marché : TGL Group. « C’est un secteur qui accompagne le développement de la ville et qui, par conséquent, a peut-être moins souffert qu’ailleurs », note Patrick Carlet. Dans la promotion immobilière, l’ingénierie et le génie civil, des postes y sont régulièrement à pourvoir. Dernier secteur fort présent à Bourg-en-Bresse, le transportlogistique qui « profite de la situation géographique de la ville, à un carrefour stratégique français et européen », observe Patrick Carlet. Ce qui permet à des entreprises comme Dupont Bedu de proposer réguliè- rement des postes d’encadrement, notamment celui de responsable d’exploitation.

Retour aux autres articles

  • Twitter Cadremploi
  • Facebook Cadremploi
  • Linkedin Cadremploi